Emploi Médecin DIM


Emploi Médecin DIM

Médecin DIM

 

Le médecin DIM est le garant de la collecte des données de santé et de la qualité de la codification, et veille à la confidentialité des données concernant les patients.

 

 

Autre intitulé

  • Médecin département d’information médicale

Activités principales

Organisation, traitement et analyse de l’information médicale dans le cadre du programme de médicalisation des systèmes d’information (PMSI) en garantissant la confidentialité des informations médicales

  • S’assurer, auprès des médecins responsables, de la qualité des données, de leur cohérence avec le dossier médical du patient, de leur vraisemblance et de leur exhaustivité.
  • Impulser et contrôler la mise en place des outils d’aide au codage.
  • Veiller à l’optimisation des outils informatiques permettant d’effectuer le codage du PMSI.
  • Coder les informations ou faire coder par l’équipe de techniciens (TIM) dans le cas d’un système de codage centralisé.
  • Produire et exploiter des statistiques permettant de suivre l’activité de l’établissement et de comparer avec les statistiques de l’Assurance maladie.
  • Réaliser des études, des travaux de synthèse à destination des médecins et chefs de service de l’établissement, de la CME, de la direction.
  • Procéder ou faire procéder à la classification en GHM (groupe homogène de malades) pour l’ensemble de l’établissement ainsi que, le cas échéant, à toute autre classification spécifique aux services.
  • Veiller à la confidentialité et à la sécurité des données concernant le malade, conformément aux recommandations de la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL).

 

Conseil auprès des instances et des responsables hospitaliers

  • Participer à la conception de la stratégie de l’établissement et à la gestion de l’efficience médico-économique de la prise en charge du patient.
  • Élaborer des stratégies sur les durées de séjour et les suppléments.
  • Aider la direction générale à choisir et développer la stratégie de partenariat en évaluant les flux et la complémentarité des activités.
  • Inciter les praticiens et notamment les chefs de service à prendre en compte la nécessité de valoriser en terme de tarification les activités de son service.
  • Auditer l’état général d’une situation, d’un système, d’une organisation afin d’en améliorer la rentabilité.
  • Produire des analyses et des prévisions de rentabilité financière destinées aux chefs de services et à la direction générale.
  • Fournir aux responsables de service et de département les données médicales qui serviront de base au rapport relatif à l’évaluation des soins dispensés dans l’établissement.

 

Veille et participation à des groupes de travail

  • Intervenir auprès des autorités de tutelle afin de faire modifier la codification d’actes sous-évalués.
  • Réaliser des projets, des présentations et communications médicales.
  • Assurer la veille spécifique à son domaine d’activité.

 

Animation de l’équipe de techniciens d’information médicale (TIM)

  • Recruter ses collaborateurs.
  • Contrôler la codification et former l’équipe aux techniques de codage.
  • Réaliser les entretiens annuels et professionnels, ainsi que le suivi administratif.
  • Gérer les congés et les absences.

 

Variabilité des activités

Les activités du médecin DIM peuvent varier selon…

 

La spécialité de l’établissement dans lequel il intervient :

Dans les établissements effectuant des actes de chirurgie et d’obstétrique, il est garant de la bonne codification des actes, alors que dans les établissements de soins de suite, hospitalisation à domicile et psychiatrie, son rôle est d’assurer la collecte des données.

 

La taille de l’équipe en charge du DIM :

Lorsqu’il travaille dans un petit établissement, le médecin DIM peut assurer seul les missions qui lui incombent, alors que dans un établissement important ou un établissement multi-sites, il managera une équipe de techniciens (TIM) conséquente.

 

Le taux d’activité proposé :

• Dans certains établissements, la mission du DIM n’occupe pas un temps plein et il peut lui être proposé en complément une activité clinique ou bien une activité sur des projets transverses.

 

Rémunération

  • Jeune cadre : de 55 à 70 k€
  • Cadre confirmé : de 70 à 120 k€

(Fourchettes de rémunération selon profil, niveau d’expérience, responsabilité hiérarchique, taille et statut de l’entreprise, convention collective de la branche…)

 

Employeurs

  • Établissements sanitaires de court séjour (centres hospitaliers régionaux, centres hospitaliers, hôpitaux locaux, établissements de soins de courte durée, établissements sanitaires des prisons, établissements de soins relevant du service de santé des armées)
  • Établissements sanitaires de moyen et long séjour (centres de lutte contre le cancer, établissements de soins de suite et de réadaptation, établissements de soins de longue durée, établissements d’enfants à caractère sanitaire)
  • Établissements psychiatriques (centres hospitaliers principalement spécialisés dans la lutte contre les maladies mentales, autres établissements de lutte contre les maladies mentales)
  • ARS (Agence régionale de santé), Assurance maladie

 

Rattachement hiérarchique

  • Directeur de l’établissement
  • Directeur médical

 

Environnement de travail et interlocuteurs

Internes :

  • Médecins et cadres de santé
  • Contrôle de gestion
  • Direction financière
  • Service informatique

Externes :

  • Ministère en charge de la Santé
  • Éditeurs de logiciels
  • ARS, Assurance maladie

 

Profils recherchés

 

Diplômes requis

Doctorat en médecine (inscrit à l’Ordre des médecins).

L’option santé publique peut être particulièrement appréciée, de même que le diplôme d’expert PMSI de l’EHESP, le master méthodes de traitement de l’information biomédicale et hospitalière (MTIBH), ou le certificat professionnel du CNEH (Centre national d’expertise hospitalière) / SDIM (Syndicat des DIM).

 

Durée d'expériencce

Les médecins les plus recherchés dans les grandes structures sont aujourd’hui d’anciens internes en santé publique avec, au minimum, une première expérience.

Les autres établissements recrutent sur la fonction de DIM des médecins expérimentés, qui se sont le plus souvent formés par eux-mêmes au codage et à la méthodologie du PMSI. Ils recrutent également des professionnels de santé en reconversion, qui, souhaitant s’éloigner de l’activité clinique, s’orientent vers la santé publique et vers le PMSI du fait du nombre de postes à pourvoir et de la fonction stratégique de ces postes.

Dans certaines structures, un médecin praticien hospitalier confirmé se verra confier cette mission à temps partiel.

 

Postes précédents

  • Médecin praticien hospitalier
  • Médecin-conseil à l’Assurance maladie

 

Compétences

Compétences techniques

  • Pratique de la médecine en milieu hospitalier
  • Connaissance du PMSI et des règles de facturation
  • Codification des actes
  • Systèmes d’information médicale
  • Enjeux économiques de la codification
  • Compétences en statistiques et maîtrise de logiciels de gestion de base de données en économie de la santé
  • Mise en place et utilisation des logiciels de soins informatisés et des logiciels de traitement des données PMSI
  • Gestion de projets
  • Management

 

Aptitudes professionnelles

  • Force de persuasion afin d’inciter ses pairs à avoir la même stratégie de codification
  • Sens du travail en équipe pour travailler au sein de l’équipe de direction
  • Qualités pédagogiques afin de motiver les TIM et augmenter leurs compétences

 

Évolutions professionnelles possibles

  • Directeur d’un service d’information médicale dans un grand hôpital

 

Contexte et facteurs d'évolution du métier

Le département d’information médicale des établissements de santé est nécessairement placé sous l’autorité d’un médecin. Son rôle en matière de centralisation des informations médicales est prévu par l’article L.710.5 du Code de la santé publique. C’est la raison pour laquelle l’ensemble des établissements doit posséder dans leurs effectifs un médecin DIM.

Les données médicales recueillies dans le cadre du PMSI sont protégées par le secret professionnel. La création des fichiers et le traitement de données sont soumis à l’avis préalable de la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL).

Le PMSI, ou programme de médicalisation des systèmes d’information, est un outil de description et de mesure médico-économique de l’activité hospitalière.

Mis en place dans le début des années 1990, le PMSI est un outil de suivi et de comparaison des données de santé, généralisé aux établissements du secteur public et du secteur privé (arrêtés du 20 septembre 1994 et du 22 juillet 1996).

Depuis 2005 et la mise en œuvre de la tarification à l’activité pour les activités de médecine-chirurgie-obstétrique (MCO) des établissements de santé, les données issues du PMSI servent de base à l’allocation de ressources des établissements de santé pour leurs activités MCO. La tarification à l’activité (T2A) a remplacé la tarification selon la durée du séjour. Cette réforme du financement des établissements de santé a induit une évolution dans le rôle du médecin DIM. Devenu un acteur indispensable des décisions stratégiques de l’établissement, on attend désormais de lui qu’il éclaire la direction dans ses choix par la prise en compte de la dimension médico-économique, en complément de la vision purement financière.

De par la loi, le PMSI est obligatoire dans le champ des soins de suite et de réadaptation (SSR) depuis 2003 et dans le champ de l’hospitalisation à domicile (HAD) depuis 2005. Son déploiement est en cours dans le champ de la psychiatrie.

Mots-clés

DIM (Département d’information médicale), codification des actes, déontologie, secret médical, système d’information médical, PMSI

 

Source : Apec